Manger responsable

photo de profil de Will Allen, le boss de Growing Power, USA sur Facebook

    Dans « The Soil and Health » Sir Albert Howard propose de comprendre « tout le problème de la santé du sol, des plantes, des animaux et des humains comme un seul grand sujet ».

    Pour les mangeurs, cela veut dire qu’ils doivent comprendre que manger est un acte qui se réalise inévitablement dans le monde, un acte inévitablement agricole, et que la façon de manger détermine en grande partie comment on fait usage du monde.

    Voici donc une manière simple de décrire une relation complexe, difficile à mettre en mots. Manger de façon responsable revient à comprendre et incarner autant que possible cette relation complexe.

    Que peut-on faire ? Voici une liste, probablement non exhaustive :

    • Participez à la production de nourriture dans la mesure de vos possibilités. Si vous avez un jardin ou même simplement un conteneur ou même un pot sur une fenêtre ensoleillée, cultivez-y quelque chose à manger. Compostez vos déchets de cuisine et utilisez cette engrais. C’est seulement en produisant quelque chose à manger pour vous-même que vous pourrez vous familiariser avec le cycle magnifique de l’énergie qui va de la terre à la graine, à la fleur, au fruit, au déchet, à la décomposition et ainsi de suite. Vous serez pleinement responsable des aliments que vous cultivez vous-même et vous en aurez une connaissance intime. Avec la connaissance de toute la vie de ces aliments, vous les apprécierez pleinement.
    • Cuisinez vous-même ce que vous mangez. Cela implique de raviver dans votre esprit et dans votre vie l’art de cuisiner et les arts ménagers. De cette façon, votre alimentation vous coûtera moins cher et vous donnera une part de « contrôle qualité » : vous aurez une connaissance fiable de ce qui est ajouté à ce que vous mangez.
    • Apprenez à connaitre l’origine des aliments que vous achetez et achetez les aliments produits le plus près de chez vous. L’idée que chaque lieu devrait, autant que faire ce peut, être la source de son alimentation est censée pour plusieurs raisons. L’approvisionnement en aliments produits localement est le plus sûr, le plus frais, et celui que les consommateurs locaux peuvent le plus facilement connaitre et influencer.
    • Quand c’est possible, entrez en relation directement avec un producteur local, agriculteur, maraîcher ou arboriculteur. Toutes les raisons citées au dessus s’appliquent également ici. De plus, ce type d’interaction élimine une série de commerçants, transporteurs, transformateurs, conditionneurs et publicitaires qui vivent au dépend des producteurs et des consommateurs.
    • Apprenez, en légitime défense, tout ce que vous pouvez sur l’économie et la technologie de la production agro-alimentaire. Qu’est-ce qu’on ajoute comme non-aliment dans les aliments et que payez-vous pour ces ajouts ?
    • Apprenez ce qu’impliquent les meilleures pratiques agricoles.
    • Apprenez tout ce que vous pouvez, par observation directe et par l’expérience si possible, de la vie des espèces élevées ou cultivées pour l’alimentation.
    • A lire également La voie du Teikei : pour l’autosuffisance locale qui résume les dix principes fondateurs sur lesquels repose la relation consommateur/producteur dans le cadre de la production locale. Il me semble que ces principes pourraient ouvrir la réflexion à la rédaction d’une véritable charte de la consommation des produits locaux.
    About these ads
    À propos

    Nathalie Bordy née en 1955, à Brazzaville, Congo. Diplômée de L'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et de l'Ecole des Gobelins.

    Publié dans Une semaine en Desirade
    Suivre

    Recevez les nouvelles publications par mail.

    Rejoignez 1 395 autres abonnés

    %d bloggers like this: