Les céramiques au « temps de l’eau rare »

Les céramiques retrouvées en fouille sur quatre sites coloniaux de Basse-Terre révèlent que ces jarres « provençales » proviennent plus précisément de Biot . photo Musée d’histoire et de céramiques biotoises.

Avant que l’eau courante n’existe, garder une réserve d’eau à domicile était indispensable. Or, les céramiques sont particulièrement utiles dans ce domaine. Si les formes spécialisées, telles que les cruches, ne suffisent pas ou ne sont pas disponibles, on peut les remplacer par tout pot de grande taille, comme les pots à conserve ou les jarres. L’exemple de la Guadeloupe démontre que choisir le bon récipient est un geste important, car il engage des frais non négligeable de la part des ménages et détermine leur confort et leur bien-être à long terme. Il paraît donc important de s’intéresser à ces choix et d’en faire une analyse plus systématique.

« Comment, à l’époque moderne, les ménages géraient-ils leurs ressources en eau ?

« Le cas de Basse-Terre (Guadeloupe) à la fin du XVIIIe siècle est significatif puisque cette ville bénéficiait de sources en eau douce abondantes et d’un circuit de distribution rudimentaire, mais efficace.

« Néanmoins, la grande majorité de ses habitants faisaient aussi des réserves chez eux, dans de grandes jarres en terre.

« Ces objets, ainsi que tout autre céramique utilisée pour transporter, récolter, stocker ou purifier l’eau de consommation des ménages, sont présentés ici en détail.

« Ils soulignent le rôle important des servantes esclaves, qu’on laissait en charge de cet approvisionnement et de l’entretien de cet équipement.

« Au final, Basse-Terre ne semble pas un exemple unique. La plupart des foyers de l’époque moderne ont dû garder de l’eau chez eux et chercher des solutions pour en améliorer la qualité.

« Dans bien des situations, ces pratiques ont pu aussi incorporer des céramiques.

« Myriam Arcangeli, « La consommation de l’eau à l’époque moderne : le cas de Basse- Terre (Guadeloupe) et le rôle des céramiques », Les nouvelles de l’archéologie [En ligne], 139 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 10 juillet 2015. URL : http://nda.revues.org/2882 ; DOI : 10.4000/nda.2882

Publicités
À propos

Corruptio optimi pessima

Publié dans Dans les Revues

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog recevoir directement par mail nos nouvelles publications.

Rejoignez 5 884 autres abonnés

juillet 2015
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives
%d blogueurs aiment cette page :