2 degrés avant la fin du monde

RespirArte-painting-by-Patrice-Murciano

RespirArte – painting by Patrice Murciano

« Le changement climatique, l’impuissance de l’ONU, les noeuds dans notre cerveau pour changer de modèle et rendre notre Terre plus vivable…Tout ça en data, interview, graphisme et reportage, ça valait bien 90 minutes de #Datagueule spécial »

Changement climatique: Spécificité des outre-mer

Dans la perspective de la 21e Conférence des parties à la convention sur le changement climatique (COP 21) qui s’ouvre à Paris le 30 novembre 2015, la délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale a rendu public, le 27 octobre 2015, un rapport d’information sur les conséquences du changement climatique dans les outre-mer.

Les outre-mer français, à l’exception de la Guyane, sont les territoires insulaires les plus immédiatement exposés aux conséquences visibles du changement climatique : réchauffement et acidification des océans, élévation du niveau de la mer, dépérissement des récifs coralliens, menaces sur les mangroves, expansion des phénomènes climatiques extrêmes (cyclones, etc.). 80% de la biodiversité française se trouvent dans les outre-mer. Pour faire face à cette évolution, des actions ont été engagées pour limiter le réchauffement (transition vers les énergies renouvelables, politiques des transports, etc.). D’autres actions visent à s’adapter aux effets du changement climatique (gestion du “trait de côte”, protection de la biodiversité, réponse à la précarisation de l’habitat liée notamment au risque de submersion et la transformation des activités agricoles). Selon le rapport, les outre-mer sont les premières victimes du changement climatique. Pour la conduite des négociations de la COP 21, il formule quatre objectifs prioritaires :

  • définir un financement stable avec une ouverture du Fonds vert pour le climat aux outre-mer français ou, à défaut, créer un fonds national ou européen spécifique ;
  • développer la coopération régionale avec les États-îles dans chaque bassin océanique ;
  • pérenniser les programmes scientifiques d’observation et de connaissances ;
  • promouvoir des solutions fondées sur la nature et les savoir-faire à la fois traditionnels et innovants (exemples des jardins créoles, du “rahui” polynésien – aire marine protégée traditionnelle -, ou des savoir-faire en matière d’aménagement et de construction).

En parallèle, un rapport du Sénat publié le 3 novembre 2015 met l’accent sur la grande diversité des initiatives locales et les plans d’action dans les outre-mer susceptibles de contribuer à l’Agenda des solutions lancé par les présidences successives de la Conférence des Parties à la Convention sur les changements climatiques.

Source: Vie-publique.fr

Publicités
À propos

Corruptio optimi pessima

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Une semaine en Desirade
One comment on “2 degrés avant la fin du monde

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog recevoir directement par mail nos nouvelles publications.

Rejoignez 5 885 autres abonnés

novembre 2015
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Archives
%d blogueurs aiment cette page :