Pharma, philia et clic-clac data

Domenic Bahmann

Domenic Bahmann

Pour Bernard Stiegler, Facebook, comme toute technologie, est un pharmakon, à savoir à la fois un remède et un poison, et répond au concept de philia, qui est, comme chacun sait, le fondement de toute relation sociale, qu’il s’agisse des individus ou des groupes.

Mais, pour intéressantes qu’elles soient, ces études ne sont d’aucune utilité dès lors qu’il s’agit d’apprendre à dompter la bête et à gérer convenablement nos comptes, nos groupes ou nos pages, en nous appuyant sur des applications ignorées d’une majorité d’utilisateurs, qui ne montrent, de surcroit, aucune intention de développer des compétences de codeurs et se contentent benoîtement de cueillir le fruit qui s’offre à portée de main, sur les branches les plus basses de l’arbre des réseaux sociaux.

Mais qui suis-je pour juger ? Friends are “The Most Precious Good in the Era of Social Technologies” Nos ami(e)s ne sont-ils pas ce que nous avons de plus précieux sur les réseaux sociaux ?

Si, donc, vous n’avez aucune intention d’apprendre à coder et que vous désespérez même de trouver un jour un sens à votre présence sur les réseaux sociaux, mais qu’au fond vous vous interrogez toujours encore un peu sur la nature et le devenir des relations que vous entretenez avec vos contacts sur Facebook, il ne vous reste peut-être plus qu’à adopter la théorie d’Anne-Marie Schrimpf qui nous rappelle, si nous l’avons jamais oublié, comment prendre soin de nos ami(e)s dans la vraie vie.

La théorie du Canapé de Friends

FriendsTV Serie

Avez-vous déjà remarqué que, dans Friends, notre bande d’amis se donne toujours rendez-vous au même endroit ?

Quoiqu’il arrive, il y a toujours ce repaire, ce bar, ce canapé. Ils y vont le jour, le soir, et ils sont sûrs d’y retrouver les autres. Ils y prennent un verre, une assiette, y discutent, s’y disputent. Ils s’y posent, font des rencontres, se racontent des blagues, se confessent, se lamentent sur leur journée, s’amusent, lisent, jouent de la musique…

Quoiqu’il arrive, ils y sont toujours réunis, et ils se partagent tout là-bas.

Aujourd’hui, on n’a plus ça. On n’a plus des personnes qui, quand ils ne savent pas ce qu’ils vont faire, vont se poser dans leur coin habituel parce qu’ils savent que leurs amis vont venir.

Aujourd’hui, le rendez-vous de toutes les rencontres, c’est souvent Facebook. Ou whatsapp. Ou les traditionnels mais pas encore désuets SMS. Quand on ne sait pas quoi faire, on rentre et on se connecte. Il y a de moins en moins de rencontres authentiques, de lieu de retrouvailles. On essaye de se voir, on se lance des “On se capte bientôt” et finalement, on n’a pas le temps, on reporte, on oublie, et l’heure tourne, et les jours passent, et “ça fait une éternité qu’on ne s’est plus vus!”

Pourtant, quand on était enfants, on avait ce désir de “cachette secrète”. Un petit endroit isolé, rien qu’à nous, où l’on pouvait se réfugier et se retrouver. C’était excitant de se dire que c’était un endroit qui n’appartenait qu’à nous ! Ca pouvait être une clairière dans la forêt d’à côté, un arbre dans le parc du quartier, un coin dans la cour de récrée…

Comment se fait-il que nous ayons perdu cette habitude ?

C’est vrai qu’aujourd’hui, dans un monde interconnecté, c’est beaucoup plus facile de dialoguer via les réseaux sociaux. On optimise aussi notre temps.

Mais c’est largement plus intéressant d’avoir une amitié solide comme dans Friends. D’avoir cette bande d’amis qu’on sait qu’on peut retrouver à tout moment, et avec qui on peut tout partager. Et ce, en face à face, car les rires et les larmes sont communicatifs, et l’on ne communique jamais mieux que lorsqu’on est en présence de l’autre.

Pour ne pas perdre cette authenticité de l’amitié, pour garder le lien toujours dynamique entre amis, il y a quelques points clés à respecter. Je les résumerai en trois points, par cette théorie du Canapé de Friends :

1. Privilégiez toujours vos amis les plus proches

Avec Facebook, Twitter, Instagram, et autres réseaux sociaux, il est de plus en plus facile de se faire des amis. On multiplie les rencontres, on s’écrit par-ci par-là… Mais est-il nécessaire de passer son temps à virevolter de droite à gauche entre des amis à peine plus proches que de simples connaissances, quand on peut largement se contenter de quelques amis intimes qui, eux, sont aussi proches que la famille ?

A force de trop courir, on oublie parfois l’essentiel. On va en soirée avec une dizaine d’amis, on en rencontre de nouveau, et on oublie de se faire une petite soirée posée, avec ceux qui comptent vraiment pour nous. On discute de tout et de rien avec ces “connaissances ++” alors qu’on pourrait engager de vraies discussions passionnantes avec ses “amis ++”.

Il faut donc regarder qui sont les amis qui vous sont vraiment proches, et ceux avec lesquels vous voulez garder contact toute votre vie. Car si vous les négligez, ceux-ci risquent de partir, et alors, vous regretterez de ne pas leur avoir consacré plus de temps. D’autant plus que vous pouvez être assuré que 10 minutes avec un ami très proche vous feront plus de bien que 2h avec une simple connaissance.

Regardez, dans Friends : ils sont six amis inséparables, toujours eux, rien qu’eux. L’amitié n’est pas un long fleuve tranquille, mais dans ces moments-là, on sait que l’autre répondra toujours présent pour nous. Que ce soit pour nous soutenir, nous encourager, nous remonter le moral, nous consoler, nous faire rire, nous amuser, partager les meilleurs moments, vivre les plus beaux souvenirs… On ne peut pas faire ça avec tout le monde. Il n’y en a que quelques-uns. Et c’est pour ça qu’une fois qu’on les a trouvés, il faut arrêter de regarder ailleurs et les garder.

Une amitié, ça se chérit. Elle n’est pas immuable : c’est à chacun d’en prendre soin.

2. Gardez-vous toujours un créneau pour ces personnes

Que ce soit un café ensemble après les cours ou le travail le mardi, une soirée entre filles ou mecs une fois par mois, un sport ensemble le dimanche matin, un déj une fois par semaine, ou des retrouvailles tous les étés, fixez-vous un rythme régulier, et collez-vous-y.

Vous verrez, à ce moment-là, vous n’aurez plus à vous inquiéter de ne jamais voir telle ou telle personne, car vous savez de toute manière que vous devez vous voir un jour J.

Aussi, ça deviendra votre pause de la semaine. Un créneau horaire auquel personne ne pourra vous arracher, qui n’appartiendra qu’à vous.

Un petit instant de suspension dans un rythme de vie parfois trop effréné, pour prendre le temps de se poser, se confier, parler et rigoler. Ou simplement s’offrir un temps pour décompresser.

3. Vous n’êtes pas obligé de définir un lieu fixe de retrouvailles, mais essayez quand même

Evidemment, dans Friends, il y a ce QG, le fameux canapé : vous pouvez aussi vous trouver un café similaire, pour vous retrouver entre amis. Par exemple, le bistrot du coin pour vos déj, ou le bar au bout de la rue pour la pinte du jeudi soir.

Mais ça peut aussi être marrant de tourner : sélectionnez les salons de thé que vous voulez tester, alternez les déjeuners le samedi entre plusieurs amis…

L’intérêt du Canapé dans Friends, c’est qu’ils savent qu’ils peuvent y aller à tout moment, et que les autres viendront aussi. Il n’y a pas de question à se poser : on sait qu’on ne sera jamais seul, parce qu’il y aura à un moment ou à un autre un ami qui passera. Plus besoin d’envoyer mille sms pour se donner rendez-vous ! Il devient naturel.

Alors, essayez : dites à vos amis “Et si, les jeudis soirs, on se donnait toujours rendez-vous dans ce café, là-bas?” Ceux qui ne pourront pas ne viendront pas, ceux qui pourront, viendront. C’est comme un point de passage. Et c’est toujours agréable d’aller quelque part en sachant qu’on aura très probablement quelqu’un pour nous accueillir.

Et qu’est-ce que j’y gagne, dans tout ça ?

Assez simplement :

  • Une amitié solide et profonde, car vous partagerez en continu tous vos meilleurs moments
  • L’assurance que vous aurez toujours des amis sur qui compter et que vous pouvez appeler à tout moment
  • Le plaisir de pouvoir convoquer immédiatement une réunion d’amis dans un coin habituel
  • Une petite routine qui rythmera agréablement votre semaine
  • Un repaire lorsque vous ne savez pas trop quoi faire
  • L’excitation avant le rendez-vous du “Il faut que je lui raconte ça!”

Anne-Marie Schrimpf


Sources

La théorie du Canapé de Friends, Anne-Sophie Schimpf, sur Medium

Pour aller plus loin concernant Bernard Stiegler ( en anglais )

Reversing the pharmacological direction of social networks

Unlike US #3 

Bernard Stiegler – From Neuropower to Noopolitics by By , March 26, 2013

Publicités
À propos

Corruptio optimi pessima

Publié dans Billet d'Humeur

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog recevoir directement par mail nos nouvelles publications.

Rejoignez 5 884 autres abonnés

mars 2016
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Archives
%d blogueurs aiment cette page :