« Tupi or not Tupi »

david-terrazas

Photo by David Terrazas

Si les Tupinamba dévorèrent le Père Sardinha, c’est qu’ils considéraient sa consommation comme bénéfique, de nature à les enrichir, à les rendre plus puissants et plus forts.

« La Francophonie dans tous ses états », une texte de Maryse Condé, professeur à la Columbia University, publié en mars 2001 à New-York. Une perle.

Réfléchissant à ce concept de francophonie dans le domaine culturel, je me suis aperçue qu’il y avait différentes manières, toutes assez contradictoires, de le concevoir. Aussi, je voudrais les exposer rapidement, et surtout faire connaître celle qu’en fin de compte, au terme de longs tâtonnements, j’ai retenue.

Il y a d’abord ce que j’appellerai la « francophonie accidentelle »

Cette position consiste à considérer la francophonie comme le résultat d’un accident de l’histoire, certainement moins important qu’un de ces hasards si chers aux Surréalistes. Dans mon cas par exemple, je pourrais dire avec désinvolture: Si j’étais née quelques îles plus au sud, à Trinidad, je serais anglophone. Si j’étais née quelques îles plus au nord-ouest, à Cuba, je serais hispanophone. Si j’étais née à Curaçao ou Aruba, je serais hollandophone. Cependant, les aléas de la traite, des ventes d’esclaves, de leur dispersion sur les plantations ont fait que mes ancêtres au sortir du vaisseau négrier ont titubé sur le rivage de la Guadeloupe, une petite île, possession du Roy de France, s’y soient installés en résidence forcée, dès lors, aient parlé français. Et moi, après eux. Cette francophonie accidentelle, on le voit très vite est à rejeter d’emblée. Elle nie le rapport intime que le sujet instaure avec la langue qu’il parle et revient à être tout bonnement la négation de la francophonie.

Ensuite il y a ce que j’appellerai la « francophonie fétichiste ou religieuse »

Elle consiste à penser que la traite, l’esclavage, le système de plantation étaient sans contredit des crimes contre l’humanité-bien qu’ils n’aient jamais été reconnus comme tels. Mais que ces crimes ont néanmoins permis à nous Guadeloupéens ainsi qu’aux Martiniquais et quelques autres de participer d’une culture haute et généreuse, la culture de la France, nation civilisatrice par excellence qui n’est jamais véritablement coupable. Elizabeth Guigoux, garde des Sceaux exprime bien cette idée quand elle déclare: « La traite a enrichi certains: des négriers, les armateurs de quelques ports, mais en aucun cas la République. Ce n’est pas la France qui est en cause; en tous cas pas la France lorsqu’elle est elle-même ». Cette francophonie fétichise le français, la langue française, perçu non pas simplement comme un moyen de communication, mais comme une lange unique, mieux adaptée que toutes les autres à la subtilité des expressions du cœur humain. Cette francophonie impliquerait la fierté d’appartenir plus qu’à une communauté, à un club d’Élus. On serait tenté de dire de Happy Few.

Read more ›

Publié dans Une semaine en Desirade

Images des mathématiques

fibonacci

Leonardo Fibonacci

On se fait trop souvent une fausse image de l’Internet en réduisant celui-ci aux réseaux sociaux et à la diffusion massive d’informations dans une cacophonie abrutissante.

Internet recèle bien d’autres usages, en particulier dans le domaine des sciences et du partage du savoir, là où les réseaux ont atteint une évidente maturité et où l’apport du numérique et de l’informatique n’est plus à démontrer.

« Images des mathématiques » – autrefois une revue papier qui publiait des articles de « divulgation », écrits par des chercheurs pour d’autres chercheurs de disciplines voisines – est un exemple parfait d’un savoir universel rendu plus accessible par l’Internet et le désir des chercheurs de partager leur science avec le plus grand nombre.

La science semble s’éloigner de plus en plus du grand public. Jadis, la science fascinait et semblait utile, même indispensable, pour la société. Aujourd’hui, elle paraît très lointaine, souvent inaccessible, et elle inspire parfois la crainte. Les jeunes se détournent des carrières scientifiques. Les mathématiques souffrent même de ce problème un peu plus que d’autres sciences, peut-être à cause de leur côté souvent abstrait mais peut-être aussi car les mathématiciens ne sont pas habitués à expliquer leurs travaux au public général. Quel dommage car les maths sont si passionnantes ! Ce site veut contribuer à réduire ce manque de communication entre les chercheurs en mathématiques et le public.

De nombreux sites remarquablement intéressants apparaissent sur internet et traitent de mathématiques mais très peu sont exclusivement consacrés à la recherche contemporaine. « Images des Mathématiques » (IdM) a pour but de présenter la recherche mathématique – en particulier française – et le métier de mathématicien, à l’extérieur de la communauté scientifique. Tous les articles sont écrits par des chercheurs en mathématiques et aucun article n’est écrit pour les chercheurs en mathématiques. IdM n’a donc pas vocation à publier ou évaluer des articles et des projets de recherche. Il vaut mieux soumettre ceux-ci à des équipes de recherche, des laboratoires ou des contacts plus appropriés.

Nous espérons ainsi montrer les aspects mathématiques de la recherche contemporaine, bien sûr ! mais aussi ses aspects historiques, culturels et sociologiques. Comme dans tout site de ce genre, les lecteurs sont invités à participer au débat sous la forme de commentaires ajoutés aux articles.

Images des mathématiques c’est par ici

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Une semaine en Desirade

Le Guide de la Taxe de séjour

Rory Kurtz

Rory Kurtz

Edité par la Direction générale des collectivités locales du Ministère de l’intérieur et par la Direction générale des entreprises du Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, suite à la réforme de la taxe de séjour et aux différents décrets d’application et précisions de 2015, le Guide pratique sur la Taxe de séjour, reprenant l’essentiel des aspects juridiques, avec des modèles de documents et un foire aux questions est disponible en ligne sur le site de la MOPA Aquitaine au format pdf.

c’est ici Guide pratique Taxe de séjour

MOPA Aquitaine

Publié dans Tourisme

Pour une formation agile et mobile

Lui Liu

Lui Liu

« Peu de gens savent qu’ils ont plus de puissance de calcul dans leur poche que n’en avait la NASA pour aller sur la Lune ! Peu de gens savent qu’ils ont la possibilité de faire des mesures scientifiques dont Galilée ou Newton n’ont même pas pu rêver. »

Pour François Taddéi, spécialiste de l’innovation dans l’éducation, les enseignants forment les jeunes comme ils ont été formés eux-mêmes, ce qui rend le système éducatif conservateur. Les machines et le monde du travail évoluent plus rapidement que l’école, et celle-ci n’est plus adaptée à son époque. D’où la nécessité de former différemment.

Propos recueillis par Jasmina Šopova, journaliste au Courrier de l’Unesco, à l’occasion de la 5e édition de la Semaine de l’apprentissage mobile, qui se déroulait à Paris du 7 au 11 mars 2016.

Read more ›

Publié dans Une semaine en Desirade

Pharma, philia et clic-clac data

Domenic Bahmann

Domenic Bahmann

Pour Bernard Stiegler, Facebook, comme toute technologie, est un pharmakon, à savoir à la fois un remède et un poison, et répond au concept de philia, qui est, comme chacun sait, le fondement de toute relation sociale, qu’il s’agisse des individus ou des groupes.

Mais, pour intéressantes qu’elles soient, ces études ne sont d’aucune utilité dès lors qu’il s’agit d’apprendre à dompter la bête et à gérer convenablement nos comptes, nos groupes ou nos pages, en nous appuyant sur des applications ignorées d’une majorité d’utilisateurs, qui ne montrent, de surcroit, aucune intention de développer des compétences de codeurs et se contentent benoîtement de cueillir le fruit qui s’offre à portée de main, sur les branches les plus basses de l’arbre des réseaux sociaux.

Mais qui suis-je pour juger ? Friends are “The Most Precious Good in the Era of Social Technologies” Nos ami(e)s ne sont-ils pas ce que nous avons de plus précieux sur les réseaux sociaux ?

Si, donc, vous n’avez aucune intention d’apprendre à coder et que vous désespérez même de trouver un jour un sens à votre présence sur les réseaux sociaux, mais qu’au fond vous vous interrogez toujours encore un peu sur la nature et le devenir des relations que vous entretenez avec vos contacts sur Facebook, il ne vous reste peut-être plus qu’à adopter la théorie d’Anne-Marie Schrimpf qui nous rappelle, si nous l’avons jamais oublié, comment prendre soin de nos ami(e)s dans la vraie vie.

Read more ›

Publié dans Billet d'Humeur

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog recevoir directement par mail nos nouvelles publications.

Rejoignez 5 921 autres abonnés

mai 2016
L M M J V S D
« Avr    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 5 921 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :